Perturbations majeures en zone Nord-Centre-Sud, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés : 2007 à 2020

Bonjour !

Dernier volet de notre série passionnante sur les répartitions géographiques des perturbations majeures

A partir des données issues du site courbis.fr (alertes côté RATP et diffusées sur les écrans en gares), des notifications des CM du RER B et du site Transilien.com, nous allons regarder les principales perturbations majeures entre début 2007 et fin décembre 2020, aux Heures de pointes (7h00-9h30 et 17h00-19h30) et Jours Ouvrés (lundi au vendredi)

Seront pris en compte les perturbations dont la période de « C’est perturbé » entre dans les créneaux horaires ci-dessus, dans Courbis.fr

Le découpage géographique :

  • La zone Nord-Centre-Sud : il s’agit donc des perturbations qui impactent toute la ligne

Nous allons voir les différents types de perturbation qui peuplent cette répartition géographique globale

A toutes celles et ceux qui nous disent « Oui, mais il y a nettement plus d’incidents ! » C’est exact, et nous ne retenons que les perturbations majeures, présentes sous courbis.fr

Je rappelle que la RATP, 2 ans après un avis de la CADA, ne rends toujours pas disponible ses données d’incidents, sur lesquelles j’ai rédigé un article, ayant eu l’occasion de travailler sur un fichier extrait des incidents…

Cette localisation Nord-Centre-Sud va donc piloter le type de perturbation, ici, pas de choix de 5 types de perturbation, comme lors des précédents articles

1013 perturbations qui représentent 33,2% des 3046 perturbations répertoriées chez le Blog d’En Face entre début 2007 et mi-avril 2021

Premier graphe, de début 2007 à fin 2020, tout type de perturbation

Le tableau suivant donne les types de perturbation, par ordre décroissant

Le top 5 des perturbations est donc :

  1. Les mouvements sociaux : Ils restent numéro un des perturbations du RER B (2 perturbations = 1 jour de grève)
  2. La réduction de l’offre : autre effet amiante en 2012, et en 2020, l’effet COVID-19 est passé par là
  3. Divers incidents : depuis 2015, cette catégorie est en baisse, la communication officielle du RER B est nettement plus précise
  4. Immobilisation maintenance : liée à l’épisode de 2011 « Ô mon dieu, de l’amiante dans un coffre sous les voitures, inaccessible au commun des mortels, mais on ne sait jamais »
  5. Incidents techniques : en baisse depuis 2017

Pour la place numéro 1 des perturbations, entre début 2007 à fin 2020, nous avons ce spectre :

Certains mouvements sociaux ont été localisés à des secteurs géographiques précis, en zone Nord, pour l’année 2010 (13 perturbations), d’où l’écart constaté entre tableau et graphe

Au 16/04/2021, nous en sommes là :

Voilà la fin de notre saga, j’espère qu’elle vous aura appris des choses

Cordialement

Jeannot91

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *