Cumul des durées et temps total des perturbations du RER B (2007 à 2018)

Bonjour !

Comme promis lors d’un précédent article, nous allons étudier le cumul des temps de perturbation (durée entre le début et la fin de l’incident) et les temps totaux de perturbation (durée entre le début de la perturbation et le retour à la normale, quand l’incident disparait des notifications officielles vers les voyageurs)

Pour cela nous nous limiterons aux
Heures de Pointes (7h00 9h30-17h00 19h30) les Jours Ouvrés (les week-ends et
jours fériés ne sont pas pris en compte), entre 2007 et 2018

La source des données ?  Le site de Paul Courbis (courbis.fr) en grande
majorité, données recoupées avec les alertes sous Twitter

Il s’agit des incidents ayant
généré une perturbation majeure, et ayant généré une notification officielle de
type SIVE vers les voyageurs

Nous n’avons pas, pour toutes les
perturbations, les horodatages précis

Si nous avons bien, dans certains
cas, les heures de début d’incident, les heures de fin et le retour à la
normale ne sont pas toujours accessibles

Par souci de transparence, voici
les proportions entre les incidents, avec et sans horodatage et ceux avec
horodatage :

Premier axe d’étude, les temps
cumulés des perturbations horodatées, entre le début et la fin de l’incident,
entre début 2007 et la fin 2018, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés Ils sont
exprimés en Heures:Minutes

Nous avons ceci :

Oh ! Quelle surprise !
Le premier du classement, ce sont les mouvements sociaux

Vous noterez que le premier motif Voyageur
(malaises Voyageurs) apparait à la 10ème place…

Les 9 premiers motifs sont à
responsabilité RATP-SNCF

Deuxième axe d’analyse : on
cumule le temps entre le début de l’incident et le retour à une situation
normale (l’incident a disparu des notifications officielles)

L’incident est terminé, mais la
situation reste perturbée C’est bien ce qui se produit assez souvent sur le RER
B, non ?

Nous avons donc, entre début 2007
et la fin 2018, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés Ils sont exprimés en
Heures:Minutes

Toujours les mouvements sociaux en
première position, puis 8 autres motifs à responsabilité RATP-SNCF

Le premier motif voyageur est en
10ème position, ce sont les incidents graves voyageurs

Un petit repère ? 480 heures,
ramenées à 5 heures de pointes pour une journée, cela représente 96 Jours
Ouvrables Une moyenne de 22 Jours Ouvrés pour un mois : 4,4 mois environ

Sur 12 ans, on voit que le cumul
est quand même conséquent

Donc quand la RATP-SNCF axe sa
communication sur le fait que les voyageurs qui retiennent les portes (technique
complètement débile) perturbent le trafic, ce que je ne nie pas, il est
regrettable qu’elle ne communique pas, tout comme IDF Mobilités, sur ces temps de
perturbations

Cordialement

Classement des perturbations du RER B sur différentes périodes

Bonjour !

De temps en temps, un petit rappel
n’est pas inutile à faire

Car en ces périodes où on vous
assène de beaucoup d’informations, on a tendance à oublier tout aussi
rapidement qu’on vous a bourré le mou avec des bêtises

Voici, aux Heures de Pointes et
Jours Ouvrés, différents classements sur les perturbations pour le RER B,
établis à partir des données du site de Paul Courbis (courbis.fr)

Il s’agit des incidents ayant
généré une perturbation majeure, et ayant généré une notification officielle
vers les voyageurs

Entre 2007 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les mouvements sociaux, les pannes
de matériel, les malaises voyageur, les incidents techniques et les pannes de
signalisation

Entre 2011 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
mouvements sociaux, les malaises voyageur, les pannes de signalisation et les
incidents techniques

Entre 2012 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
mouvements sociaux, les malaises voyageur, les pannes de signalisation et les
incidents techniques

Entre 2013 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
mouvements sociaux, les malaises voyageur, les pannes de signalisation et les
incidents techniques

Entre 2014 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
malaises voyageur, les mouvements sociaux, les pannes de signalisation et les
incidents techniques

Entre 2015 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
malaises voyageur, les mouvements sociaux, les pannes de signalisation et les
incidents techniques

Entre 2016 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
malaises voyageur, les mouvements sociaux, les pannes de signalisation et les
incidents sur la voie

Entre 2017 et 2018, le quinté
gagnant est :

Les pannes de matériel, les
malaises voyageur, les mouvements sociaux, les pannes de signalisation et les
incidents sur la voie

Et pour 2018, le quinté gagnant
est :

Les mouvements sociaux, les pannes
de matériel, les incidents sur la voie (déraillement de Courcelles sur Yvette),
les malaises voyageur et  les pannes de
signalisation

Nous constatons plusieurs
choses :

1 Le dialogue social n’est
pas très en vogue à la RATP-SNCF, vu le nombre de grèves

2 Depuis 2011, ce sont les pannes
de matériel qui occupe la première place, sur les différentes périodes étudiées
(2011-2018, 2012-2018, etc…)

3 Les malaises voyageurs occupent
la 2ème place pour les périodes 2014-2018, 2015-2018, 2016-2018,
2017-2018

4 Les malaises voyageurs occupent
la 3ème place pour les périodes 
2007-2018, 2011-2018, 2012-2018 et 2013 – 2018

5 Pour 2018, les malaises
voyageurs sont en 4ème place

Les mouvements sociaux :
première place, puis les pannes de matériel et les incidents sur la voie

6 Les pannes de signalisation sont
toujours présentes dans le TOP 5, quelles que soit les périodes choisies

7 Les incidents techniques se
défendent bien, eux aussi

Alors ? Alors le message
comme quoi on a beaucoup d’incidents à origine Voyageur a du plomb dans l’aile

La prochaine fois, on parlera
cumul de temps sur la période 2007 à 2018

  1. Temps cumulé par type de perturbation : entre le début et la fin d’incident
  2. Temps cumulé entre le début d’un incident et le retour à la normale (il n’y a plus de perturbation après incident)

Nous verrons quels sont les
perturbations les plus chronophages Et ce ne sont pas celles que la
communication officielle RATP-SNCF veut vous faire croire

Cordialement