Etude des incidents du RER B et du RER D : temps moyens et retour à la normale (partie 3)

Bonjour!

Je vous préviens dès maintenant, l’article sera long

Vous aviez eu, dans 2 précédents articles, des éléments d’informations sur les incidents du RER D pour la période comprise entre 2007 et 2018  (à lire ici), ainsi que des comparaisons entre les RER B et RER D (à lire par ) à partir des données du site remarquable de Paul Courbis (courbis.fr)

Nous allons nous intéresser cette fois-ci, aux temps moyens des durées d’incidents

Dans cette première partie, il va s’agir de la durée entre le début de l’incident et sa fin… Quand elle est remontée officiellement dans les alertes historisées par le site courbis.fr.

Le terme « L’incident est terminé » n’est pas toujours présent. Par défaut, nous prendrons alors l’heure de la fin de la perturbation, à savoir le retour à une situation sans cet incident

Vous êtes toutes et tous bien placés pour savoir (et pour le vivre) que, si un incident est terminé, ce n’est pas pour autant que la situation est redevenue normale, et que le « trafic est perturbé »

Comme précédemment indiqué, certains incidents existent uniquement sur le RER B, tout comme pour le RER D…

Les motifs de perturbation présents chez le RER B, et absents du RER D, et vice versa

Nous ne prendrons pas en compte les mouvements sociaux par la suite, ils faussent, par leur poids, le résultat moyen total obtenu

En termes de volumes d’incidents pris en compte, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, sur le RER B :

En termes de volumes d’incidents pris en compte, aux heures de Pointes et Jours Ouvrés, sur le RER D :

Pour le RER B, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, entre 2007 et 2018, pour les incidents horodatés, nous avons ce tableau qui indique, année par année, les valeurs moyennes des durées d’incidents

Pour le RER D, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, entre 2007 et 2018, nous avons cet autre tableau qui indique, année par année, les valeurs moyennes des durées d’incidents :

Il faut noter, quand même, une forte disparité dans la durée de chaque type d’incidents, pour le RER B comme pour le RER D

En prenant la moyenne, pour chaque type d’incident, et en comparant entre les RER B et RER D, nous obtenons ce tableau par ordre décroissant pour la durée des perturbations, entre 2007 et 2018 (en Heure : Minute, référence au RER B):

Au total, sur la durée moyenne de tous les types d’incidents, l’écart entre le RER B et le RER D est de 23 minutes, ce qui est quand même assez voisin

En bleu : écart entre RER B et RER D, le RER B met plus de temps que le RER D : 12 types de perturbation, avec un écart temps moyen de 1 heure et 45 minutes

Deux incidents à noter :

Pour les personnes sur les voies : un écart de 1 minute !

Pour les pannes de matériel, la durée de perturbation est la même : 1 heure 40 !

En vert : écart entre RER D et RER B, le RER D mets plus de temps que le RER B : 9 types de perturbation, avec un écart temps moyen de 1 heure et 22 minutes

Un écart de 23 minutes entre les 2 RER sur tous les types d’incidents, pour la durée moyenne des incidents,

Un écart de 20 minutes entre les 2 RER sur tous les types d’incidents, pour la durée totale des perturbations,

C’est assez comparable, non ?

Le RER B a une moyenne de 1h45 pour les types d’incidents qui prennent plus de temps que pour les RER D

Le RER D a une moyenne de 1h22 pour les types d’incidents qui prennent plus de temps que pour les RER B

Là encore, c’est assez voisin

Et une égalité : sur la durée des pannes de matériel : 1 h 40 minutes

Il faut reconnaitre que, en moyenne, cela est assez équilibré…

Deuxième partie :

Les durées moyennes de temps de retour à la normale par type d’incidents Il s’agit de l’intervalle de temps (en heure minutes) entre le début de la perturbation et le fait que l’incident n’apparaisse plus du tout dans les alertes remontées officiellement

Pour le RER B, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, entre 2007 et 2018 :

Pour le RER D, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, entre 2007 et 2018  (en Heures : Minutes):

L écart de temps moyen entre le RER B et le RER D pour un retour à une situation stable est de 37 minutes : il est plus important

Tableau par ordre décroissant pour la durée des perturbations, entre 2007 et 2018 (en Heure : Minute) :

Au total, sur la durée moyenne du temp de perturbation de tous les types d’incidents, l’écart entre le RER B et le RER D est de 37 minutes, cet écart est quand même plus important : plus de trafic sur le RER B par rapport au RER D, ce pourrait être un début d’explication

En bleu : écart entre RER B et RER D, le RER B met plus de temps que le RER D sur 12 types de perturbation, l’écart temps moyen observé est de 2 heures et 1 minute

En vert : écart entre RER D et RER B, le RER D mets plus de temps que le RER B sur 10 types de perturbation, l’écart temps moyen observé est de 53 minutes

Un écart de 37 minutes entre les 2 RER sur tous les types d’incidents, pour la durée moyenne de perturbation, l’écart est plus important

Le RER B a une moyenne de 2h01 pour les types d’incidents dont la durée totale de perturbation prend plus de temps que pour les RER D

Le RER D a une moyenne de 53 minutes pour les types d’incidents dont la durée totale de perturbation prend plus de temps que pour les RER B

Nous voyons donc que le retour à la normale sur le RER B est environ le double, en moyenne, de celui observé sur le RER D

Alors… Sur le RER D, les incidents sont plutôt du matin ou du soir? Plutôt du soir avec une légère avance

Même question sur le RER B : un très léger avantage pour le matin

Et maintenant le classement des jours à perturbations

Sur le RER D : c’est plutôt le mercredi

Classement : mercredi, jeudi, vendredi, mardi, lundi

Et pour le RER B : c’est plutôt le mardi

Classement : mardi, jeudi, vendredi, mercredi, lundi

Les 2ème, 3ème et 5ème places restent les mêmes en terme de jour, c’est rigolo, non?

J’ai l’impression que vous vous en foutez…

Voilà ! On a donc pas mal d’informations et de points de comparaison entre le RER B et le RER D

On pourrait en sortir d’autres, comme par exemple les gares les plus soumises aux incidents, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés pour le RER D, entre 2007 et 2018…

Bien… Dans le prochain article, nous vérifierons les « chronophagies » cumulées des incidents du RER B et du RER D, en termes de temps cumulés d’incidents et de retour à la normale

Avoir les nombres d’incidents, c’est bien, les temps moyens (incident et retour à la normale), c’est bien aussi, mais savoir ce que cela représente en temps cumulés par type d’incident, c’est encore mieux

Et tordre le cou à des croyances que certaines personnes voudraient vous faire avaler

 

Cordialement

 

 

 

4 commentaires sur “Etude des incidents du RER B et du RER D : temps moyens et retour à la normale (partie 3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>