Cumuls des temps de perturbations (incident, durée totale perturbation) RER B VS RER D (partie 5)

Bonsoir !

Vous aviez eu, dans 4 précédents articles, des éléments d’informations sur les incidents du RER D pour la période comprise entre 2007 et 2018  (à lire ici), ainsi que des comparaisons entre les RER B et RER D (à lire par et encore par ), tout ça avec des courbes (par là là), plus parlantes que des tableaux en fait

A partir des données du site remarquable de Paul Courbis (courbis.fr)

Nous allons nous intéresser cette fois-ci, aux cumuls des temps des durées d’incidents

Dans cette première partie, il va s’agir du cumul de la durée des incidents, entre 2007 et 2018, entre le début de l’incident et sa fin

On va faire la somme, par type d’incident, et exprimer le temps en heures:minutes:secondes

Sous Excel, j’avais des soucis pour avoir ce cumul, mais, pas de chance, j’ai trouvé le format adéquate pour faire ces sommations-il suffit de choisir le bon format)

Nous écarterons, dans un premier temps, les mouvement sociaux… Que nous réintègrerons à la fin de l’article

Pour le RER B, depuis 2007 à début septembre 2018, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, nous avons ce premier tableau

La courbe associée :

La 2ème colonne du tableau est donc triée par ordre décroissant de grandeur

4815 heures, si nous considérons des journées de service de 20 heures pour les voyageurs, cela nous donne environ 240 Jours Ouvrés… Un peu plus d’un an de jours ouvrés (en moyenne 220 jours) pour 11 ans et neuf mois

Sans les mouvements sociaux

On s’aperçoit que le premier motif voyageur arrive en 9ème position (malaise voyageur) Les 8 premiers motifs chronophages sont d’origine RATP-SNCF

Prenons toujours ce premier tableau, et regardons cette fois-ci la 3ème colonne : c’est le temps total de perturbation : entre le début de l’incident et le fait que la situation est redevenue normale… Il n’y a plus de perturbations liées à l’incident

On obtient ce même tableau, avec les durées décroissantes, triées par type d’incident

La courbe associée :

Cette fois-ci, le premier motif voyageur est dû à l’incident grave voyageur, en 9ème position

Hors mouvements sociaux, les 8 premiers motifs chronophages cumulés sont encore du ressort de la RATP-SNCF

Donc quand la RATP-SNCF nous serine les oreilles avec le fait que bloquer les portes c’est une perte de temps, nous pouvons constater qu’il y a bien des motifs d’incidents à responsabilité SNCF-RATP autrement plus chronophages

En fonction des années, ces cumuls de temps sont-ils répartis uniformément ? La réponse en image est négative

On s’intéresse cette fois-ci au RER D

Pour le RER D, depuis 2007 à début septembre 2018, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés, nous avons ce troisième tableau (hors mouvements sociaux)

La courbe associée :

La 2ème colonne du tableau est donc triée par ordre décroissant de grandeur

Les courbes ne sont pas à la même échelle entre le RER B et le RER D

Par rapport au RER B, les échelles de valeur sont plus petites : 2,87 fois moins pour le RER D

1720 heures, si nous considérons des journées de service de 20 heures pour les voyageurs, cela nous donne environ 85 Jours Ouvrés… Presque 4 mois de jours ouvrés (en moyenne 220 jours) pour 11 ans et neuf mois

Sans les mouvements sociaux

On s’aperçoit que le premier motif voyageur arrive en 6ème position (incident grave voyageur) Les 4 premiers motifs chronophages sont d’origine SNCF, puis le « Obstacle sur les voies » est d’origine externe

Prenons toujours ce troisième tableau, et regardons cette fois-ci la 3ème colonne : c’est le temps total de perturbation : entre le début de l’incident et le fait que la situation est redevenue normale… Il n’y a plus de perturbations liées à l’incident

On obtient ce même tableau, avec les durées décroissantes, triées par type d’incident

La courbe associée :

Le premier motif voyageur est toujours l’incident grave voyageur, en 5ème position

Hors mouvements sociaux, les 4 premiers motifs chronophages sont encore du ressort de la SNCF

En fonction des années, ces cumuls de temps sont-ils répartis uniformément ? La réponse en image est négative

On remarque que, par rapport au RER B, les années impactées sont différentes

Bon on a été gentil jusqu’à présent, maintenant, on va être méchant, en prenant en compte les mouvements sociaux Environ 20 heures de perturbation par jour ouvré, un temp de retour à la normale qui est.. inexistant en fait

Donc, pour le RER B : nos avons un facteur 4 entre le premier et le 2ème cumul

Et pour le RER D : nous avons un facteur 10 entre le premier et le 2ème cumul

En avons-nous fini avec les comparaisons ? Non, il nous manque juste ce tableau des rapports entre le RERB et le RER D, à savoir le rapport des temps cumulés pour une perturbation, et le rapport des temps cumulés pour le temps total d’une perturbation

Le RER B est comparé au RER D et pilote cette comparaison

A noter : des valeurs comparables sur certains types d’incident : signal d’alarme, personnes sur les voies, obstacle sur les voies, proches de 1

Proche de 1,5 : mouvements sociaux, incidents graves voyageurs, conditions climatiques

En conclusion ? En cumulé, les incidents les plus chronophages ne sont pas d’origine voyageurs, sur le RER B comme sur le RER D, loin de là, et contrairement à ce que la SNCF-RATP essaie de nous faire croire

Voilà ! Je dédie spécialement cette série de 5 articles à @Minicats17, qui se prends la tête sur Twitter avec des internes de la SNCF côté obscure sur le RER D, qui n’hésitent pas à l’insulter

Sinon, il reste les données des RER A, C et E à exploiter

A suivre…

Cordialement

 

7 commentaires sur “Cumuls des temps de perturbations (incident, durée totale perturbation) RER B VS RER D (partie 5)

  1. Le rer E,c’est pas mal non plus…
    En tout cas,je suis fier d’utiliser le rer B!!

    Nan,j’déconne…
    Le B,c’est plus mieux!! Un audit qui ne serait jamais reconnu par les directions(et autres)..
    Qui sont ces internes du D qui insultent??? Sont bêtes de,ils n’ont qu’a faite comme Christophe: zapper ou ne pas répondre quand les interrogations des usagers sont trop gênantes (l’article explicatif sur la panne de Bourg la Reine).

  2. Ça fait la troisième fois que je tente d’orienter Maha ;article sur le chat avec Mazure; vers le BER,mais l’autre relou me censure…on va voir si la troisième est la bonne.
    Maha se posait des questions ayant leurs réponses ici….
    Une plaie ce Blog officiel…

  3. Le gars de permanence à la gare de Courcelle n’était pas au courant pour le trafic allégé cette semaine,conséquence des travaux de St Denis(le rer de 7h21 avait presque 10 ans de retard!)..
    Bonjour la communication entre services sur la ligne!(mais on le savait déjà)…

  4. Heureusement qu’on peut s’informer des problèmes sur le site!!
    Panne de signalisation à Denfert: pas d’infos à la gare de Courcelle(l’employé n’est pas au courant des horaires allégés de cette semaine!!),pas d’infos de la part du conducteur et voilà comment on met deux rer en un: quasi impossible de sortir à Châtelet:trop de vacanciers et de valises!!
    Je sens 15 jours bordéliques……

  5. Et pour terminer la semaine:on nous fait descendre à Massy ,le rer pour Paris ne prend plus de voyagur(on ne dit pas la raison bien sûr ).
    Là,le rer au départ de Massy est blindé. On ne part pas. Aucune explication évidemment!
    Ligne de merde,gare de merde.

Répondre à lem91 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>