Bilan Mai 2018

Bonsoir

 

Ce mois de Mai 2018 n’est pas terrible du tout par rapport à Avril 2018

79 % de jours à problèmes en Jours Ouvrés et aux Heures De Pointe

15 jours ouvrés KO sur 19

32 perturbations quand même

Un petit rappel : Si on compare aux statistiques du Blog d’En Face en mai 2017, nous étions à 95 %

Rappel :

Mai 2017 : 20 jours ouvrés : 95% de jours à problèmes

Juin 2017 : 21 jours ouvrés : 95% de jours à problèmes

Juillet 2017 : 20 jours ouvrés : 60% de jours à problèmes

Août 2017 : 22 jours ouvrés : 36% de jours à problèmes

Septembre 2017 : 21 jours ouvrés : 67% de jours à problèmes

Octobre 2017 : 22 jours ouvrés : 82% de jours à problèmes

Novembre 2017 : 21 jours ouvrés : 76% de jours à problèmes

Décembre 2017 : 20 jours ouvrés : 65% de jours à problèmes

Janvier 2018 : 22 jours ouvrés : 59% de jours à problèmes

Février 2018 : 20 jours ouvrés : 80% de jours à problèmes

Mars 2018 : 22 jours ouvrés : 77% de jours à problèmes

Avril 2018 : 20 jours ouvrés : 65% de jours à problèmes

Mai 2018 : 19 jours ouvrés : 79% de jours à problèmes

 

15 jours à problèmes sur 19, 12 jours avec plusieurs incidents cumulés

La semaine de 3 jours du 2 Mai, avec 5 perturbations, la semaine de 3 jours du 7 Mai avec 4 incidents, la semaine du 14 Mai avec 7 incidents, la semaine de 4 jours du 22 Mai avec 8 incidents, et le début de semaine (4 jours) du 28 Mai avec 8 incidents

Et nous ne comptons qu’aux heures de pointe et jours ouvrés…

Au total : 32 incidents.

Nous avons au final connu en ce mois de Mai 2018 :

  • 5 pannes de signalisation
  • 3 pannes de matériel
  • 1 incident voyageur
  • 1 incident grave voyageur
  • 1 acte de malveillance
  • 1 bagage abandonné
  • 1 malaise voyageur
  • 1 obstacle sur les voies (chien baladeur)
  • 9 mouvements sociaux (compte pour 2 perturbations)

Bref, pour résumer : (les pourcentages indiquent la proportion de l’incident par rapport au total des incidents)

Ce mois-ci, les faits marquants, pour le RER B :

 

Bien entendu, et comme le mois dernier, les mouvements sociaux qui plombent les résultats

La partie SNCF du RERB est toujours profondément impactée par les mouvements sociaux, un train sur 2 en moyenne en cette fin de mois de Mai 2018

La partie RATP du RER B l’est un peu moins, en gros 2 trains sur 3 aux heures de pointes, trafic normal aux heures creuses

Le retour d’un sursaut de communication de la part de Denis Masure sur Tweeter, le 29 mai, telle une marmotte savoyarde qui vient de finir son hibernation,  ainsi que le 31 Mai, où celui-ci ne parle plus de « Twittos toxiques », en nous demandant de tourner cette page

Ce qui ne l’empêche pas de parler par la suite de Twittos « hyper-sollicitant » Nous serions moins « chieurs » (autre expression équivalente) s’ils faisaient leur travail correctement

De votre côté, merci de continuer à donner des détails sur vos voyages avec les durées approximatives, vos témoignages sont représentatifs de la réalité du terrain

D’où, à fin Mai pour 2018 :

Ce mois-ci, c’est encore la « Toutes Zones » qui gagne forcément, mouvements sociaux obligent, avec 56% des problèmes, pour la place de leader avec la médaille d’or du Rup’Cat’ des perturbations

Au niveau répartition, une responsabilité de la RATP-SNCF versus Voyageur à 84- 16, là encore, à cause des mouvements sociaux

Ce mois-ci, le matin a encore battu le soir, pour les tranches horaires (53-47%) en termes de moment où les perturbations se sont produites

3 types d’incidents leaders  : Les mouvements sociaux (18), les « Pannes de signalisation » (5) et les « Pannes de matériel » (3) sont le tiercé gagnant des incidents du mois de Mai 2018

Ce qui nous donne, côté jours à problèmes, à fin mai 2018 :

Le charme de ce graphe, de mois en mois, continue d’agir, sous hypnose

Les courbes de tendance sont toujours à la hausse depuis le début du Blog d’En Face !

Certains mois, la pente est plus faible, et le mois d’après, ça repart !

 Les pentes des 2 courbes de tendances (jours à incidents par mois, et nombre de jours avec 2 incidents, voire plus) sont toujours vers la droite

 

Ce mois-ci, le lundi est le gagnant du « Pourav’s jour » avec 28,1% puis le mercredi à 21,9%, suivi du jeudi à 18,8%, et les mardi et vendredi ferment la marche avec 15,6%

 

Et la répartition des 139 perturbations par gare :

Autre remarque : en regardant, sur plusieurs années, le cumul des incidents à fin de semaine 22, 2018 est toujours le grand gagnant, depuis 2007, avec 139 incidents…

 

C’est même tellement mauvais depuis 2007, qu’en regardant à fin de semaine 23, 2018 reste encore le leader devant 2016!

Notre rosace de jours OK KO à fin Mai 2018 donne :

 

 

Le rouge continue à se maintenir

Le nombre de perturbations par semaine pour 2018 (rond orange carré), comparé à 2017 (point) en cette presque fin de semaine 22 :

Côté Blog d’En Face, merci pour vos remontées d’informations ! Continuez !

Bon courage pour ce mois de juin 2018, elle finira bien par s’arrêter cette grève !

 

Cordialement

6 commentaires sur “Bilan Mai 2018

  1. Denis la marmotte est hyper gonflé dans ses tweets que vous remontez!!! Quand les conducteurs auront appris à juste nous informer quand un train stagne en gare ou en pleine voie,on en reparlera…
    Pathétique…

    1. Il mélange une fois de plus cause et conséquence
      La conséquence « Hyper-sollicitant », issue de communications toujours défectueuses, devenant alors une cause

      1. Ce qui me désole dans tout ça, c’est qu’il estime faire son taf en « communicant » sur twitter.. alors que si la communication était fluide sur le quai, et dans les RER… ce réseau social pourrait ne plus avoir besoin d’être détourné pour faire de la communication uni-personnelle…

        Mais bon.. mon violon est plein de pisse depuis des années, il fini par pourrir…

    2. C’est un point qu’on a abordé il y a quelques années.

      Celà ne fait pas partie de la formation initiale de conducteur, où on demande une parfaite maitrise, et un respect des procédures de conduites.

      Par contre, depuis quelques années, les directions RATP/SNCF demandent aux conducteur de prendre la parole. Certains se prêtent au jeu.. d’autres non.

      Enfin, il y a encore et toujours TROP DE MUTISME du coté du poste de gestion de la ligne… qui laissent les conducteurs dans la même situation que les usagers.. SANS INFOS !
      A partir de là, la seule chose qu’ils peuvent dire c’est « je ne sais pas ».. mais ça semble servir à rien sur le coup.. donc il ne le font pas.

      1. Certes,la faute en incombe forcément au poste de gestion,mais on est quand même en 2018 et les conducteurs qui communiquent,même pour dire qu’ils ne savent pas,sont assez rares…
        Tout ça c’est bien dommage…

Répondre à lem91 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>