Les « RUP’CAT’  » du BEF

Bonsoir

Créé par Gilles en Novembre 2013, le BEF (Blog d’En face, pour celles et ceux qui n’auraient toujours pas compris), engrange patiemment, systématiquement les nombreux incidents qui font le charme (pas sûr) du RER B. Nous nous basons sur les alertes des applis de la RATP et de la SNCF, et aussi bien sûr sur vos témoignages indispensables, pour établir des statistiques de ponctualité.

Bref, nous avons un gisement de données, un « Datamining », comme ils disent, côté Marketing, il faut essayer de donner du sens à ces données (« Datameaning »).

On vous rassure, on n’a rien à vous vendre, même pas du rêve (sur le RER B, ça va être très dur), et en plus c’est gratuit…

Nouvelle exclusivité ! Le BEF, toujours soucieux d’innover, s’est doté d’une « Académie des Arts et Techniques du RER B » Il a ainsi créé le trophée « RUP’CAT’» en or plaqué, (ou en or dur, en 2 mots), trophée qui est désormais au RER B ce que le César est au Cinéma. Plus on a d’incidents, plus on a de chances d’être récompensé. Et la zone géographique où il y a le plus d’incidents se verra décerner mensuellement le RUP’CAT’

En voici une photo exclusive :

CatenaireCassee2

Impressionnant, non ? Car le Rup’Cat’ défie les lois de la gravité universelle

Mais quel rapport entre la zone géographique et toutes les données disponibles?

On y vient… Au BEF, on adore les statistiques, on essaie aussi de vous arracher de certaines crétineries télévisuelles ou mobiles qui occupent votre temps de cervelle disponible pour une marque de soda constituée à 80 % de sucre (c’était l’objectif avoué d’un directeur de chaine de télé privée) ou un jeu à la c.n(censuré), constitué comme par hasard là aussi d’au moins 100% de sucre

Nous vous proposons donc un nouvel indicateur : celui de la localisation des différents incidents au cours de l’année 2014 et en ce début de 2015. On se s’intéresse pas à la nature de l’incident mais au total des incidents, pour un mois donné, et donc à sa localisation.

Avec 4 axes de localisation retenus :

  1. Le Nord : de Gare du Nord vers Roissy et Mitry Claye (les Nordistes)
  2. Le Centre : de Châtelet à Denfert Rochereau (les Centristes)
  3. Le Sud : de Cité Universitaire vers Saint Rémy et Robinson (les Sudistes)
  4. Et une dernière localisation Nord – Centre – Sud : là, c’est toute la ligne qui est concernée par l’incident : sa culpabilité est globale !

Il est certain que cette dernière localisation n’est pas très satisfaisante. Elle est en fait à l’image des alertes de l’appli RATP qui indiquent un ou plusieurs problèmes affectant toute la ligne, sans plus de précisions.

Et au BEF, plus on est précis sur la localisation du problème, meilleur c’est. Et temps que la RATP ne fera pas d’efforts, on fera malheureusement avec…

Ce que nous cherchons à savoir, s’il y a une fréquence de problèmes géographiquement liées. Vous aller nous dire « Oui ! C’est sur la partie Nord ! ». On va voir, on va voir

Alors vous aller en manger des chiffres, si, si, ça devrait vous gaver !

Pour le premier semestre 2014, nous avons :

 

Janvier 2014 Février 2014 Mars 2014 Avril 2014 Mai 2014 Juin 2014
Nombre d’incidents 24 8 12 15 10 24
Nord 50% 25% 33% 25% 20% 8%
Centre 8% 38% 8% 19% 10% 8%
Sud 8% 13% 17% 31% 30% 8%
Totalité ligne 33% 25% 42% 25% 40% 75%

 

Pour le deuxième semestre 2014 : nous avons :

Juillet 2014 Août 2014 Septembre 2014 Octobre 2014 Novembre 2014 Décembre 2014
Nombre d’incidents 15 9 12 15 12 18
Nord 7% 44% 15% 31% 31% 28%
Centre 20% Aucun incident 8% 13% 15% Aucun incident
Sud 27% 11% 23% 13% 23% 33%
Totalité ligne 47% 44% 54% 44% 31% 39%

Pour le premier trimestre 2015 :

Janvier 2015 Février 2015 Début à mi Mars 2015
Nombre d’incidents 6 16 9
Nord 50% 56% 50%
Centre 17% 6% Aucun incident
Sud 17% 17% 13%
Totalité ligne 17% 22% 38%

« Sur 15 mois, le palmarès des Rup’Cat’ est donc le suivant :

Le Nord gagne le Rup’Cat’ cinq fois

Le Centre gagne le Rup’Cat’ une fois

Le Sud gagne le trophée une fois

Le Nord-Centre-Sud gagne le trophée huit fois »

Au nom des 800.000 voyageurs quotidiens du RER B, nous invitons Jérôme à venir, en digne directeur de la ligne unifiée du RER B, à venir chercher ses 15 Rup’Cat’. Ils seront en gare de Saint Rémy lès Chevreuse, Jéjé devra partir de Roissy Charles de Gaulle 2, un jour d’incident, à 8 heures du matin… Une fois que celles en cuivre, de caténaires, seront réparées

Conclusion provisoire :

  1. Quand la situation Nord-Centre-Sud a la proportion la plus importante des pourcentages, bien malin qui peut en tirer des conséquences, si ce n’est de se dire : « ça vraiment été le bordel ce mois là… »
  2. Pour Juin 2014, l’explication de cette prépondérance Nord-Centre-Sud à 75 % est dûe au mouvement social avec ses 9 jours ouvrables impactés.

Notre prochain article verra la mise en place de nouveaux indicateurs (encore une innovation !) : quelle est la répartition géographique des incidents rencontrés ces 15 derniers mois ?

Vous avez eu le global, vous aurez ensuite les détails : où se produisent majoritairement les différents incidents techniques, le tout décliné par mois, bien entendu.

Et ça sert à rien de se marrer, l’article est déjà bouclé avec les 15 images des tableaux dynamiques croisés

Encore plus de lecture pour le même prix : ça ne fait pas rêver, ça ? Et tout ça grâce au (ou plutôt à cause du) RER B… Merci Jéjé !

 

9 commentaires sur “Les « RUP’CAT’  » du BEF

  1. Merci pour ces precisions et c’est tjrs agreable de te lire. Mais attention car les agents de la ligne vont te ficher comme troll. 😉

    1. Merci pour cette analyse statistique fort intéressante ! :)

      Une question méthodologique toutefois sur l’affectation de la localisation à un incident : origine déclarée par les 2 opérateurs, témoignages d’impact sur le BEF, mix des 2, autre source ?

      À plus long terme une analyse de la « durée de l’incident » (avec les alertes « retour à la normale » ?), « l’ampleur de l’incident » (par ex en s’appuyant sur l’ampleur des retards depuis que le BEF dispose d’une base de donnée type « ponctualis ») et de « la propension au surincident » (vous savez quand une « mesure de sécurité  » devient un « incident technique », puis un « divers incidents »….) ou de la « qualité de l’information » (quand le BEF découvre un problème non signalé, mais localisé 😉 ) pourrait être intéressant, notamment dans une optique de mise en concurrence des 2 opérateurs 😉
      Enfin, c’est vous qui voyez, je ne veux pas vous forcer alors que vous fournissez déjà un travail conséquent 😉

      1. Merci Mr Utilisateur Occasionnel

        J’ai repris les publications de Mathieu en notant les localisations précises des incidents, quand elles étaient présentes

        Je m’appuie, à tort, j’en conviens, sur les alertes de l’appli RATP
        Qui fait des efforts de précisions, avec des rechutes de temps en temps

        Si j’ai l’information plus précise de la part du Transilien, je l’ai prise en compte
        Sinon, il faudrait repointer les journées imprécises à problèmes et tenter d’avoir plus de précisions
        Peu de précisions empruntées par rapport aux témoignages

        Le champ des nouveaux indicateurs que vous indiquez est très très vaste!

        Les prochains indicateurs qui seront publiés dans l’article à venir donneront le détail de tout les incidents et de leur situation géographique : peu ou pas d’alertes aux colis suspects dans certaines régions…

        J’ai beaucoup progressé avec les tableaux croisés dynamiques sous Excel, merci Jéjé!

        1. Il y a un autre indicateur qui va voir le jour prochainement. C’est un indicateur sur la communication. Il faut que je prenne un peu de temps à mettre en forme, et à réfléchir sur le comment proposer ce nouvel indicateur.

          1. Merci pour ces précisions, à tous les 2 !

            Je cautionne tout à fait l’utilisation des données des 2 opérateurs, qui sont probablement encore ce qu’il y a de plus fiable, mais comme ce n’était pas précisé 😉

            Pour le large champs des suggestions, c’était volontaire 😉
            Mais en aucun cas contraignant ou pressant !
            Je pensais juste que :
            – l’objectif initial de « Gilles » était de montrer le decalage entre com’ et réalité et que le BEF se doit d’exploiter ça statistiquement 😉
            – d’ici septembre, une base de données suffisamment consistante pourrait être constituée et mériterait d’être exploitée :)

            En tout cas, j’attends avec impatience les « performances » de l’information voyageur au travers de ce nouvel indicateur ! :)

  2. Le problème des indicateurs (enfin, je ne parle qu’en mon nom), c’est « Est-ce qu’il m’aide à débroussailler le terrain, à voir un peu plus claire, ou est-ce qu’il m’embrouille un peu plus? »
    Commencer par des choses simples et complexifier un peu plus au fur et à mesure, tout en restant toujours compréhensible, abordable

    Bon, assez de se prendre la tête!

    Bon week-end!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>