Des trains aux normes, mais pas aux dimensions, selon le Canard Enchaîné

TERMonde Vous souvenez vous de l’exploit de Roseta que je vous avais narré sur ce blog ? Cette sonde spatiale envoyée à 6 milliards de kilomètres, capable de s’endormir 957 jours, puis de se réveiller aux confins de notre galaxie pour reprendre du service, le tout en nous tenant informé bien sûr ? Merveilleuses compétences humaines, quand on s’en donne les moyens.

Si on redescend sur terre, et en particulier en France, pays des Lumières, c’est nettement moins brillant. Ainsi, le Canard Enchaîné du jour (mercredi 21 mai) repris par Le Monde, nous apprend que la SNCF avec l’aide compétente de RFF (Réseau Ferré de France) a engagé 15 milliards d’euro pour remplacer 2000 rames de trains régionaux (TER). Sauf que le cahier des charges a été construit sur des normes récentes, notamment concernant l’écart entre les quais et les trains. Et que beaucoup de gares anciennes du territoire français ne sont pas tout à fait aux normes. Les nouveaux trains, plus large de 20 cm ne passent donc pas dans un grand nombre de ces gares, et les rails des deux voies sont parfois trop proches pour que les nouveaux trains puissent se croiser sans générer un drame ferroviaire.

Résultat : 80 millions d’euro supplémentaires vont donc devoir être débloqué pour « raboter les quais » et éventuellement déplacer les rails pour permettre le croisement des trains. Une paille, tant qu’on a de l’argent…

Merveilleuse compétence française…On aimerait connaître le pedigree des responsables des dossiers : corps X- Mines ? X-Ponts et Chaussées ? Il faut dire que nos belles écoles d’ingénieurs sont aujourd’hui plus enclines à développer leurs filières « Management » et « Finance » que l’ingénierie et la technique qui faisaient pourtant leur raison d’être. La SNCF, est-ce aussi l’une de ces nombreuses entreprises qui comportent 9 directeurs, directeurs de projets, et chefs de projet pour un seul gars qui bosse concrètement en mettant les mains dans le cambouis ?

envelope

5 commentaires sur “Des trains aux normes, mais pas aux dimensions, selon le Canard Enchaîné

  1. Etant moi-même ingénieur et travaillant dans la technique (en info), je comprends tous ceux qui en partent car nos « élites » méprisent ce domaine. Ca se traduit par des salaires bas, une non-reconnaissance entre autres…
    Et c’est pour ça que la France qui était pourtant au top en info dans les années 70 (le Micral, premier ordinateur personnel, c’est nous) est maintenant totalement à la ramasse dans le domaine (citez-moi un seul éditeur français de taille respectable, pour des logiciels qui sortent du marché de niche, ce qui exclut direct Dassault Systèmes)…

    1. Tout à fait en phase (j’ai moi-même fait une « grande » école) : la technique est dévalorisée à tout point de vue. On s’en mordra les doigts bientôt (d’ailleurs ça commence à se voir : une erreur à 80 millions d’euros).

  2. C’est vraiment la honte intégrale… Le journal « The Gardian » en parle et se marre bien
    On espère que les branquignoles qui ont « géré » ce dossier se feront virer pour faute grave, mais cela n’est pas assuré
    Certains fusibles sauteront, des prestataires comme d’habitude, mais sûrement pas ceux qui n’auront pas fait leur travail.

    1. Ouais ou les chefs de projet qui ont dû suivre les ordres débiles de la hiérarchie avec une pression maximale et à qui on a ensuite demandé d’assumer les ordres, espérons que ça ne mène pas à des burn-outs ou des suicides…

  3. Ce qui est insupportable sur cette erreur, outre les attitudes non professionnelles de ces institutions qui nous transportent et qu’on finance largement par l’argent public, est l’absence de sens des réalités de leurs dirigeants.

    Dans le cas présent, Jacques Rapoport se félicite que les travaux ne coûteront que 50 millions, soit un part infirme de son budget ce qui prouve :
    1. que son budget est pléthorique et irrationnel si pour lui 50 millions d’euros, c’est 50 centimes pour vous
    2. que de toutes façons il reviendra dans deux ans pour annoncer la gueule enfarinée que les travaux ont en réalité coûté 500 millions à l’instar de notre Jérôme Lefebvre et du dérapage des coûts du RER B+ Nord
    3. que 50 millions d’euros, c’est la moitié de ce qui va être investi pour le RER D (http://www.metronews.fr/paris/retards-perturbations-le-rer-d-en-chantier-pour-six-ans/mneu!r7eqvVvHDPps/) pour améliorer cette ligne

    Comment comprendre ensuite si 50 millions, c’est un si petit montant, que la ligne B reste toujours dans cet état de sous-investissement ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>