Mais c’est quoi ce gros truc à Arcueil

Bah étant donné que je ne trouve pas de site parlant des travaux à Cachan, je joue aux devinettes.

 

D’après ce que j’ai compris, ceci est une fabrique qui sera démolie (le bas de la construction), c’est en fait le tablier du nouveau pont qui sera glissé sous les rails du RER en novembre 2017. Cette fabrique est là pour gagner du temps lors de la coupure de la ligne en novembre. Généralement les tabliers ne sont jamais fabriqués sur place, mais souvent construits à coté, et poussé jusqu’à leurs destination finale. ça prend plusieurs mois à être fabriqué.

Je suis toujours autant impressionné par ce genre d’ouvrage : un peu déçu que le projet grand pourri express ne prenne pas la peine de les présenter.  Ce n’est pas quand tout le monde aura oublié ce chantier, qu’il sera temps de montrer ces constructions. Christophe ! Si tu lis ce blog, et que tu as de l’info sur le sujet, n’hésites pas à faire un article sur ton blog :) J’irai le lire avec beaucoup d’intérêt.

Un peu plus loin sur la photo, on voit des silos : là pour le coup, je sèche. J’ai l’impression que c’est du définitif. Quelqu’un a une idée sur le sujet ?

 

A quoi reconnait-on un mec qui vient d’arriver dans la région

ça vous est forcément arrivé un jour, vous en souvenez-vous ?

Je vais vous raconter mon arrivée en RP !

Il y a 10 ans, je venais de découvrir le RER B à Courcelle.

Et bah, la première surprise a été de « Euh.. ettttttttt meeeeeeeeeeeeeerddd.. le train roule à gauche » (vla le touriste.. ou pas, en fait en Alsace, c’est la seule région de France ou les trains roulent à droite ! je ne parle pas des métro ou tram)

Ensuite, c’est HOOOOOOOO mais ça va viiiiiiiiiiiiiiiiiiiitte :).. et puis y a de la place.

Ouais, le tronçon St Rémy est un des plus rapide de la partie sud. Et puis aux heures où je prenais le RER pas de bouchons ou de problème de place assises.

Et puis les années passent, les incidents arrivent.. les grèves.. et là.. Bof.. tout d’un coup c’est devenu pourri et lent.

Le mec qui vient d’arriver regarde les autres, essaye de choper des regards… bah ouais, autant passer du temps à discuter plutôt qu’à regarder ses chaussures. Le temps passe, et on fini par regarder aussi ses chaussures.

Le mec qui vient d’arrive laisse passer avant de rentrer, et s’excuse quand il écrase un pied ou pousse sans faire exprès. Le temps passe, et on fini par devenir con agressif et à pousser les gens sans se rendre compte qu’au final on agit vraiment comme un con.

Oui, la région parisienne et ses transports sous dimensionnés et ses plans débiles densificateurs.. favorisent l’usure des gens qui la peuplent.

 

Quand je suis arrivé il y a 10 ans, j’étais plein d’espoir, je me suis dit « je vais rencontrer plein de monde.. vu qu’il y a du monde. « … il y a beau il y avoir du monde.. c’est tellement fermé, qu’il faut y aller au marteau piqueur certain jour.

N’oubliez pas de sourire dans le RER aux gens qui vous sourient.. et oui, ces gens qui vous entourent sont aussi comme vous, victime de cette usure. Un petit sourire, ça ne coute rien, mais ça illumine toute une journée.

Comment se faire voler son téléphone facilement

J’avais déjà fait un article sur le sujet, mais visiblement peu de gens y sont sensibilisés.

 

Quelques  trucs vu en quelques années de pratique en région parisienne.

Scénario 1 : on se balade  avec son téléphone dans la main.

Le cas classique : mettre son téléphone bien en évidence d’un éventuel timbré. Il aura tout loisir de profiter d’une bousculade pour vous arracher le téléphone des mains. Un téléphone quand ça ne sert pas, c’est dans la poche intérieur de la veste ou au fond du sac. Et non Twitter ou Facebook n’est pas aussi important qu’on l’imagine, si un message reste en attente 30 minutes sans réactions, vos amis ne vont pas lancer une opération de recherche en appelant le GIGN.

Un kit sans fil pour écouter de la musique aide pas mal à ranger le téléphone pour le rendre invisible.

Le 2ème cas : oui Capitaine, je le mets dans ma poche ARRIÈRE avec le fil de mon casque qui montre bien en évidence qu’il y a un appareil électronique dans la poche. Il suffira de passer derrière hop, une main sur les fesses pendant qu’on passe au portique.. et plus de portable. Non, je n’invente pas, c’est arrivé à une amie. Son téléphone avait 2 jours … ça lui a servi de leçon.

Jouer à des jeux abrutissants pour passer le temps (non, ne me regardez-pas outré, les transports rengorge de gens qui ne savent plus quoi faire du temps qu’ils ont à disposition, et préfère hurler au scandale en disant que c’est trop long.. mais préfère encore le gaspiller en se faisant griller le peu de temps de cerveau qui reste avec des jeux à la gomme dont le but n’est autre que de vous pomper tout le temps possible pour vous faire revenir .. afin que vous donniez, vos données.) … Donc, oui, un jeu qui attire l’attention.. relâche l’attention sur ce qui entoure. Jean Claude Van Dam disait « Je suis Aware ! » .. Ce qui veut dire en français : je suis attentif à ce qui se passe autour de moi. Sans mentir, je peux me pointer dans un train avec mon sac « J’aime le RER B » sur la tête.. je suis convaincu que peu de personne verra quelque chose. Un jour je vais le faire, je vous jure ! Et si vous me croisez ce jour là, je vous invite à me dire bonjour :)

Et le mec qui a vu que votre téléphone était simplement posé sur votre main.. vous l’avez vu ?

Moi pas il y a quelques années, alors que j’écrivais un message sur mon forum préféré. Hop.. pas eut le temps de comprendre ou de finir ma phrase.. (il aurait au moins pu me laisser terminer ce connard cagoulé !)

Bref, vous avez un truc important à faire sur votre téléphone : TENEZ LE ! et regardez RÉGULIÈREMENT autour de vous afin de rester CONNECTE au MONDE ! au lieu d’avoir l’impression d’être connecté à un matrice qui donne l’impression d’être quelqu’un. (Réseau social mon ennemi !)

Reflechissez également à l’intérêt d’avoir son téléphone dans la main. Je trouve de plus en plus de personnes dans le RER (vu que moi je ne joue pas avec mon téléphone, j’ai du temps pour observer.. et faire ma commère.. mais c’est très intéressant) qui passent leur temps à ouvrir et fermer des applications sans jamais regarder leur contenu. Allumer/Eteindre l’écran, puis recommencer. C’est devenu un tic inconscient. ça interpelle ! En gros, restez conscient de l’usage que vous faite de votre téléphone. C’est important car ça permet de garder l’esprit attentif à ce qui se passe autour de vous.

 

Scénario 2 : Osecour, j’ai rendévou mé je sais pas ou é la ru tartampion

Ne me dites pas qu’on ne vous l’a jamais faites à la sortie du RER celle là.

J’ai 2 variantes :

La première vue de mes yeux 3 fois de suite au parc des expo à porte de Versaille.

VROUM, une smart s’arrête au feu vert pour interpeler un pigeon. »Excusez moi, je suis pas du coin, je suis perdu, est-ce que vous pouvez m’aider à trouver la rue machin ».

Et là, SuperMan (le pigeon) qui sort son dernier foufoune 8 flamban neuf.. ouvre l’applicaiton Maps pour faire « Hey, regarde, je suis quelqu’un qui a plein de fric, et je suis ton sauveur gnagnagna ». 10 secondes plus tard.. le pigeon a trouvé une nouvelle fonction cachée de sa brique magique qui fait le café : Elle sait désormais VOLER ! Et hop.. dans la voiture.. et la smart démarre en trombe.. avant de disparaitre dans la circulation.

Non, ne rigolez pas, il aura fallu attendre 3 minutes, pour que le sketch se reproduise avec un autre pigeon… en une après midi, le coffre de la smart devient trop petit.

Oui, NON.. Vos téléphones coutent TRÈS CHER ! et non, il ne faut pas se venter d’avoir les moyens d’avoir hypothéqué le chien de la voisine pour pouvoir se l’acheter. Un mec vous demande son chemin !  Y A DES PLANS PARTOUT EN VILLE ! Ou alors, vous sortez une carte de votre sac, et là, le mec va partir net.

 

Variante 2 : une bonne femme fait semblant de chercher la rue machin à coté de la sortie du RER.  Alors là, de qui se moque-t-on..  M. Pigeon trop pressé de se faire voler son dernier galaxy Note 7 version explosive va péter le feu, en sortant sa brique volante !  Même histoire, penché sur son téléphone, il ne verra pas le complice qui va lui choper le truc sous son nez, sauter le portique et chopper le RER qui vient juste de rentrer en gare !

ça marche aussi dans le métro, mais c’est un peu plus compliqué.

Donc, là encore « Vous cherchez votre chemin, OK, pas de problème, venez avec moi ! Y a un plan juste là ! Et hop, la rue machin est LA ! à 30m 2ème rue à droite. »

Et oui, ça marche avec les nom de petites rues.. La rue des Champs Élysées à Gentilly.. elle est connue ? ou pas. Pourtant elle est à 50 m de la gare RER !

Le pire, qu’on m’ai fait, c’est Bonjour, je sais pas où est la rue Robert Marchant à Fontenay Aux Roses.. une madame avec son téléphone dans la main.. Là, je lui ai dit : regardez sur votre téléphone, application Google Maps.. Sinon.. bah la rue Robert Marchant : VOUS Y ETES !   .. Sans commentaires !

Je n’invente rien, j’ai vu toutes ces situations se passer, voir même vécues certaines d’entre elles.

Cet article est légèrement teinté d’agacement sur les applications de manipulation de masses.. je ne vais pas vous parler de Pokemon Go où je serais carrément capable de jeter mon PC par la fenêtre avant d’avoir fini mon paragraphe. Vous l’avez compris, je hais le principe de réseau sociaux, qui ont pourri petit à petit mon entourage direct et indirect, jusqu’à s’inviter à table à midi. On préfèrera passer du temps sur FaceBook pendant le repas, au lieu de discuter avec les gens qui sont autour.  Je vous invite à aller faire un tour au Mac Do de temps en temps, pour voir des groupes de jeunes profiter du wifi gratos (sniffé !) .. et passer leurs temps à jouer sur leur téléphone.. à rigoler tout seuls dans leurs coin, au lieu de discuter avec leurs potes juste à coté. Si Si.. même si vous ne mangez rien, allez-y.. ça fait vachement réfléchir. Le pire que j’ai vu dans cette situation, c’est 2 jeunes visiblement en couple.. le gars qui bavait sur son téléphone en train de jouer à un truc visiblement tellement aspirant qu’il en oubliait sa copine.. qui tirait la tronche. J’imagine bien la fin de cette histoire amoureuse.

Pour résumer !

  • Ne sortez pas vos briques magique à la vue de tous ! c’est cher, c’est chiant quand on se le fait voler, et surtout c’est un risque de se faire casser les dents. (arrivé à un collègue pour un téléphone sans valeur.. un vieux machin poussif de 6 ans d’age..)
  • Quand quelqu’un vous demande de le sauver, faite votre possible pour ne jamais avoir besoin de sortir votre téléphone. Les plans du quartier sont tellement fréquent …
  • Si malgré tout votre téléphone a besoin d’être sorti pour une action vitale pour vous (chercher un horaire de bus, répondre à un SMS ou en envoyer un pour dire « je vais être en retard », ou « j’arrive dans 5 minutes » .. jeter un oeuil autour de vous avant pendant et après.
  • Pour occupez vos voyage, préférez lire un livre ça repose les neurones et procure une véritable sensation d’avoir passé utilement son temps. jouer à FarmVille, CandyCrush saga ou autre 2048 vous donnera l’impression de n’avoir RIEN Fait.. et vous poussera même à continuer l’activité à la sortie du RER au milieu d’un passage piéton.  (non, je ne plaisante pas, ces jeux sont nocifs pour la santé !)
  • Le reste du temps, le téléphone devrait rester dans la poche intérieur d’une veste ou le sac à main.
  • Le Téléphone portable est un outil formidable, il faut qu’il reste un outil formidable, et non un truc addictif qui rend fou dès qu’il n’est pas à porté de main.

A titre perso, mon téléphone reste dans la poche de ma veste quand je rentre chez moi. Il ne me sert quasiment pas. Si ce n’est pour regarder un mail de temps en temps ou répondre à un SMS .. 2h après son arrivée. ça m’aide à laisser la bonne distance avec l’appareil, et me permet de vous dire « oui, on vit très bien sans téléphone pendant plusieurs jours 😉 »

Temps de retour à la normal par type de perturbation, 4ème trimestre 2016 (4/4)

Bonjour

Et zou, la fin. Le Blog d’En Face termine de se faire l’écho de l’article publié dans le journal Le Parisien du 06 Novembre 2016, où le site Citymapper avait publié, pour Octobre 2016, un palmarès des perturbations, où le RER B avait obtenu un mauvais résultat :

Les réactions de la RATP et de la SNCF ne s’étaient pas faites attendre, et je cite Le Parisien :

« La RATP et la SNCF se montrent en tout cas sceptiques sur la méthode de calcul employée par l’application Citymapper concernant le nombre d’incidents et les temps d’attente correspondant. « Seule une analyse des données sur une longue période, couplée à une analyse fine des causes, est pertinente » souligne-t-on du côté de la régie. Tandis que la SNCF estime ces chiffres « fantaisistes » et « impossibles à vérifier ».

Une dédicace spéciale de cet article à la SNCF sur le « impossible à vérifier » La RATP l’a joué plus finement, avec sa longue période

Et pour Novembre 2016, Citymapper avait publié ceci (parution Le Parisien 14 Décembre 2016) :

 

Que la SNCF se rassure, voilà ce que nous avons observé pour le 4ème trimestre 2016. L’application Courbis.fr remonte les incidents que la RATP-SNCF jugent digne d’intérêt à prendre en compte. Et ce n’est pas la faute du site Courbis.fr

La tendance actuelle observée sur Courbis étant que la journée est « normale » alors qu’il y a des perturbations

Quand nous n’avons pas l’incident notifié dans Courbis.fr, nous ne les avons pas pris en compte dans les tableaux ci-dessous

Autre gentillesse : nous avons enlevé les mouvements sociaux, dans un premier temps

Les mouvements sociaux ne sont pas des incidents, mais ils seront indiqués pour montrer l’effet sur les délais de retour à la normale

Nous faisons bien la distinction entre l’heure de fin de l’incident et l’heure de retour à une situation normale, à savoir qu’il n’y a plus de message relatif aux perturbations suite à la fin de l’incident

Ce qui nous donne ce tableau pour Octobre 2016 :

Pour Novembre 2016 :

Pour Décembre 2016 :

Si nous prenons en compte les mouvements sociaux, seul Décembre 2016 a été impacté

Commentaires :

Nous notons toujours une certaine disparité, en fonction des mois, pour les mêmes types d’incidents. Nous ne pouvons pas généraliser, la réalité est toujours complexe, cela dépend de différents paramètres

Rappel : Pour Octobre 2016, Citymapper avait comptabilisé 33 incidents et un temps de 2 heures 9 minutes et 56 secondes

En Jours Ouvrables et aux Heures de Pointes, nous avions compté, pour Octobre 2016, 23 incidents

Sur ces 23 incidents, nous avons retenu 16, avec la possibilité de récupérer les heures de début, de fin d’incident et heure de retour à la normale Nous trouvons un temps moyen de retour à la normale de 2 heures 21 minutes et 15 secondes. Un temps moyen un peu plus important de celui de CityMapper

Pour Novembre 2016, Citymapper avait comptabilisé 32 incidents et un temps de 2 heures 20 minutes et 21 secondes

En Jours Ouvrables et aux Heures de Pointes, nous avions compté, pour Novembre 2016, 23 incidents

Sur ces 23 incidents, nous avons retenu 17, avec la possibilité de récupérer les heures de début, de fin d’incident et heure de retour à la normale Nous trouvons un temps moyen de retour à la normale de 2 heures 51 minutes et 14 secondes. Un temps moyen plus important que celui de CityMapper

Voilà ! Alors quand la SNCF indique que les chiffres sont « fantaisistes » et « impossible à vérifier » , c’est d’une bêtise sans nom, comme quelqu’un qui affirme : « On se saura jamais la vérité » Nous pouvons nous en approcher, donner une certaine vision, il suffit juste de le vouloir, plutôt que d’essayer de cacher des choses sous le tapis

Cela clos notre série de 4 articles sur le sujet

Cordialement

 

Temps de retour à la normal par type de perturbation, 3ème trimestre 2016 (3/4)

Bonjour

Et pan, la suite. Le Blog d’En Face continue de se faire l’écho de l’article publié dans le journal Le Parisien du 06 Novembre 2016, où le site Citymapper avait publié, pour Octobre 2016, un palmarès des perturbations, où le RER B avait obtenu un mauvais résultat :

Les réactions de la RATP et de la SNCF ne s’étaient pas faites attendre, et je cite Le Parisien :

« La RATP et la SNCF se montrent en tout cas sceptiques sur la méthode de calcul employée par l’application Citymapper concernant le nombre d’incidents et les temps d’attente correspondant. « Seule une analyse des données sur une longue période, couplée à une analyse fine des causes, est pertinente » souligne-t-on du côté de la régie. Tandis que la SNCF estime ces chiffres « fantaisistes » et « impossibles à vérifier ».

Une dédicace spéciale de cet article à la SNCF sur le « impossible à vérifier » La RATP l’a joué plus finement, avec sa longue période

Et pour Novembre 2016, Citymapper avait publié ceci (parution Le Parisien 14 Décembre 2016) :

Il ne me semble ps avoir revu depuis la publication de ces indicateurs de la part de Citymapper

Que la SNCF se rassure, voilà ce que nous avons observé pour le 3ème trimestre 2016. L’application Courbis.fr remonte les incidents que la RATP-SNCF jugent digne d’intérêt à prendre en compte. Et ce n’est pas la faute du site Courbis.fr

La tendance actuelle observée sur Courbis étant que la journée est « normale » alors qu’il y a des perturbations

Quand nous n’avons pas l’incident notifié dans Courbis.fr, nous ne les avons pas pris en compte dans les tableaux ci-dessous

Autre gentillesse : nous avons enlevé les mouvements sociaux, dans un premier temps

Les mouvements sociaux ne sont pas des incidents, mais ils seront indiqués pour montrer l’effet sur les délais de retour à la normale

Nous faisons bien la distinction entre l’heure de fin de l’incident et l’heure de retour à une situation normale, à savoir qu’il n’y a plus de message relatif aux perturbations suite à la fin de l’incident

Ce qui nous donne ce tableau pour Juillet 2016 :

Pour Août 2016 :

Pour Septembre 2016 :

Si nous prenons en compte les mouvements sociaux, comme vu précédemment dans un article, il n’y pas de mouvements sociaux en Juillet et Août, ce depuis 10 ans! Et en Septembre 2016, pas de mouvements sociaux

Commentaires :

Nous notons toujours une certaine disparité, en fonction des mois, pour les mêmes types d’incidents. Nous ne pouvons pas généraliser, la réalité est toujours complexe, cela dépend de différents paramètres

Nous allons donc continuer de faire plaisir à la SNCF, en lui montrant que les chiffres peuvent être sérieux et qu’il est possible de les retrouver pour le dernier article à suivre, concernant le 4ème trimestre 2016 Et pourquoi pas retrouver le chiffre de la durée de perturbation publié par Citymapper, à savoir 2 heures 9 minutes et 56 secondes !

A suivre