Mesures de régulation : reporting de @AlertesRERB

Bonsoir!

Dans un précédent article, je vous avais parlé du fichier de suivi des mesures de régulation initié par Audrey (@Nialiex)

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler
du travail colossal initié par @AlertesRERB

Colossal car il prend en compte
toutes les lignes du Transilien, avec un reporting global quotidien sur les
incidents, ainsi qu’un reporting détaillé pour le RER B

Il s’appuie sur les données issues
de la SNCF Il concerne le détail des missions :

  • 273 dans le sens Nord vers Sud, destination
    Robinson et Saint Rémi les Chevreuses) en semaine,
  • 274 dans le sens Sud vers Nord, destinations
    Roissy, Mitry Claye, Aulnay sous bois
  • Ainsi que les week-ends

Bref, @AlertesRERB fournit les
renseignements que je réclame à la DLU depuis plusieurs mois

On va définir aussi les « limites »
de ces informations :

  • Cela ne concerne que la partie SNCF Pas
    tout à fait d’accord, car, à Gare du Nord, on voit les missions qui arrivent de
    la partie RATP, venant du sud et allant vers le nord
  • Une fois la partie RATP atteinte, on ne sait pas
    ce que deviennent les missions C’est exact, d’où la nécessité de conserver
    aussi le reporting d’Audrey, même si toutes les suppressions/modifications ne
    sont pas remontées par les CM du compte twitter @RERB
  • A titre d’exemple, les missions de type LEVE et
    LEVI (La Plaine Stade de France vers Orsay-ville) apparaissent comme supprimées
    dans beaucoup de cas Cela est dû au fait que certaines missions partent de
    Châtelet les Halles D’un point de vue SNCF, elles sont supprimées On ne peut
    pas dire non plus, parmi ces départs à Châtelet, combien de missions ont été
    effectivement supprimées, en l’absence de données côté RATP

Pour contrer
certains grincheux : entre ne pas avoir de données du tout, et des données
partielles (absence de la partie RATP), je préfère avoir des données
partielles, en exposant un certain nombre de réserves

Pour la journée
du 30 Octobre, voilà ce qui a été remonté par @AlertesRERB

Encore un discours de grincheux « On n’a pas les noms complets des missions dans ces reportings ! » Ne vous inquiétez pas, le nom complet des missions viendra en son temps et son heure… D’ailleurs, il suffit de bosser un peu et nous avons les noms de ces 274+273= 547 missions, en semaine

Pour informations, le 30 Octobre a été une journée gratinée en termes d’incidents, rien qu’aux heures de pointes

Et un autre exemple, pour la journée du vendredi 8 Novembre 2019… Quoique le soir, il y a eu pas mal de problèmes, hors Heures de Pointes

D’où, à partir
de ces renseignements, les tableaux suivants :

Sens Nord vers Sud :

Sens Sud vers Nord (à Gare du Nord)

Intéressant, non ?

Est-ce que c’est fini ? Hé
bien non !

On peut regarder suivant l’axe des
destinations finales

Dans le sens Nord vers Sud, sur
toutes les journées d’exploitation, semaine 45

Dans le sens Sud vers Nord, sur
toutes les journées d’exploitation, semaine 45

Voilà, un très grand merci à
David, côté @AlertesRERB, pour son travail global, bénévole et complet sur les
lignes du Transilien

Cordialement

Bilan octobre 2019

Bonjour!

Ce mois d’octobre 2019 est pire que le mois de septembre 2019

74% de jours à problèmes en Jours Ouvrés et aux Heures De
Pointe 

17 jours ouvrés KO sur 23

36 perturbations majeures

Un petit rappel : Si on compare aux
statistiques du Blog d’En Face en octobre 2018, nous étions à 83%, il
y a du mieux (hum)

Rappel :

Octobre 2018 : 23 jours ouvrés : 83% de jours à
problèmes

Novembre 2018 : 21 jours ouvrés : 67% de jours à
problèmes

Décembre 2018 : 20 jours ouvrés : 60% de jours à
problèmes

Janvier 2019 : 22 jours
ouvrés : 59%
de jours à problèmes

Février 2019 : 20 jours
ouvrés : 65%
de jours à problèmes

Mars 2019 : 21 jours ouvrés : 55% de jours à
problèmes

Avril 2019 : 21 jours ouvrés :
67% de jours
à problèmes

Mai 2019 : 20 jours ouvrés : 55% de jours à
problèmes

Juin 2019 : 19 jours ouvrés : 53% de jours à
problèmes

Juillet 2019 : 23 jours
ouvrés : 74%
de jours à problèmes

Août 2019 : 21 jours ouvrés : 86% de jours à
problèmes

Septembre
2019 : 21 jours ouvrés : 67% de jours à problèmes

Octobre
2019 : 23 jours ouvrés : 74% de jours à problèmes

17 jours à problèmes sur 23, 10 jours avec plusieurs
incidents cumulés

La fin de semaine du 1er octobre
avec 4 incidents, la semaine du 7 octobre avec 14 incidents, la semaine du 14 octobre
 avec 5 incidents, la semaine du 21 octobre
avec 3 incidents et la semaine (4 jours) du 28 octobre avec 10 incidents

 Et
nous ne comptons qu’aux heures de pointe et jours ouvrés…

Au total : 36
incidents 

Nous avons au final connu en ce mois de octobre
2019 :

  • 11 pannes de matériel
  • 9 malaises
    voyageurs
  • 3 incidents
    d’exploitation
  • 3 incidents sur
    la voie
  • 3 bagages
    abandonnés
  • 2 personnes sur
    les voies (pas le même jour)
  • 1 journée de
    mouvement social (soit 2 perturbations), ah non pardon : un droit de
    retrait, car la sécurité n’était pas assurée (on y reviendra)
  • 1 panne
    électrique
  • 1 panne de
    caténaire
  • 1 mesure de
    sécurité

Je rappelle que seuls sont retenus les incidents
majeurs ayant entraîné des perturbations majeures, remontés auprès des
voyageurs et consultables sous Courbis.fr (qui remarche), ainsi que sous
Twitter

Je ne prends pas en compte les incidents
mineurs qui durent quelques minutes, bien qu’ils peuplent allègrement les
communications des CM sur Twitter

Bref, pour résumer : (les pourcentages indiquent la proportion de l’incident par rapport au total des incidents)

Ce mois-ci, les faits marquants, pour le
RER B :

La journée de mouv… de droit de retrait du
vendredi 18 octobre, côté SNC, mais aussi un peu côté RATP

Cela a fait suite à un incident sur un TER
en Ardennes, le mardi 15 octobre, qui a percuté une machine agricole au niveau
d’un passage à niveau Sa radio étant HS (pas la première fois avec ce genre d’accident),
le chauffeur, blessé, a dû remonter la voie pour prévenir un sur-accident,
suite au déraillement du train

S’il y avait un 2ème agent, le
conducteur n’aurait pas remonté la voie tout seul

Donc, un droit de retrait, sur une ligne
qui n’a plus du tout de passages à niveau, avec une conduite assurée par un
seul agent, depuis au moins 30 ans…

Et les accidents sur les voies, suite à des chutes sur les voies, sont extrêmement rares

Bref, mise à part une solidarité SNCFiesque
(désolé du barbarisme), on ne voit pas trop ce droit de retrait pourquoi il a
été appliqué au RER B

Le lundi suivant, le service a été appliqué, sans aucune évolution d’un point de vue sécurité

Pour le 5 décembre, les « festivités »
ont l’air de bien s’annoncer…

Ce mois-ci, les pannes de matériel ont pris
la première place

A noter que les CM du compte Twitter du RER
B essaient de donner les annulations et changements de dessertes aux heures de
pointes

Dans certains cas, ces communications sont
un peu forcées (et relancées) par les twittos

Un nombre très élevé, de 11 pannes de
matériels pour ce mois d’octobre 2019

@Nialiex en a compté plus de 100 (HDP et hors
HDP) pour cette année 2019

Le top 3 des incidents pour cette année
2019 est donc : les travaux (58), les malaises voyageurs (53) et les
pannes matérielles (52)

D’où, à fin octobre pour 2019 :

Ce mois-ci, la zone «Nord», conserve la
tête, avec 64% des problèmes, pour la place de leader avec la médaille d’or du Rup’Cat’
des perturbations

Au niveau répartition, une responsabilité
de la RATP-SNCF-Voyageur-Externe à 58-39-3%, ce mois-ci

Ce mois-ci, le matin conserve la tête, pour
les tranches horaires (61-39%) en termes de moment où les perturbations se sont
produites

5 types d’incidents leaders, ce mois-ci : « Pannes de matériels » (11), « Malaises voyageurs » (9), et les 3 ex-aequos «Incident d’exploitation «, «Incident sur la voie«  et «Bagage abandonnés «   (3), les « Mouvements sociaux » (4) sont le quintuplé gagnant des incidents du mois de octobre 2019

Ce qui nous donne, côté jours à problèmes,
à fin octobre 2019 :

Bien, si vous voulez avoir un peu d’originalité
avec le commentaire de cette courbe, reprenez les précédents bilans

Les courbes de tendance sont toujours à la
hausse depuis le début du Blog d’En Face !

Certains mois, la pente est plus faible, et
le mois d’après, ça repart !

Les pentes des 2 courbes de tendances
(jours à incidents par mois, et nombre de jours avec 2 incidents, voire plus) sont
toujours croissantes vers la droite

Ce mois-ci, le mardi est le gagnant du
« Pourav’s jour » avec 27,8%, suivi du mercredi avec 22,2%, puis les jeudi
et vendredi ex-aequo avec 19,4%, et le lundi ferme la marche à 11,1%

Et la répartition des 264 perturbations par gare :

Notre rosace de jours OK KO à fin octobre 2019
donne :

Je sais, l’échelle des semaines n’est pas
sur toute l’année 2019, mais il ne faut pas s’habituer à trop de vert d’un
coup…

Le nombre de perturbations par semaine pour
2019 (point orange carré), comparé à 2018 (point bleu) en fin de semaine 44 :
 

Continuez à témoigner, à râler, à dire des
choses positives quand il le faut, cela me motive à tenir à jour ce Blog!

Bon courage pour le mois de novembre 2019,
où nous fêterons, comme il se doit, les 6 ans du Blog !

Cordialement

Mesures de régulation : document de @Nialiex en ligne et partagé

Bonsoir !

MAJ 16 Octobre

Il faut croire que ce fichier en
ligne crispe certains : le 15 Octobre au soir, le nombre de lignes est
passé de 175 lignes à 66 lignes

Le reste des enregistrements a
disparu…

J’essaie de m’imaginer la tête du
pervers derrière son écran, et qui prend son pied en faisant cela

Fin MAJ

Je ne vous présente plus Audrey (@Nialiex sur Twitter), sa pétition en ligne il y a un peu plus d’un an, son engagement auprès des usagers et ses participations aux réunions avec la DLU et @IDFMobilites

Elle a eu une idée géniale :
mettre en ligne un document sous un format Excel, où vous pouvez saisir les
différents événements ayant fait l’objet de mesures de régulation

L’adresse : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1WTityj1lcfACADEH98e5MhkgxukvNp6uPeYxLSmGZlY/htmlview

En voici la trame :

Le document a été mis en ligne depuis fin septembre, et il y a déjà 169 enregistrements, pour des événements compris entre le 23 septembre et le 15 octobre 2019

Et il plait tellement qu’un gros connard a supprimé toutes les données le 14 Octobre au soir, en laissant un autre document, avec un nom qui prouve sa haute « intelligence »

Ne vous inquiétez pas, le document partagé est de nouveau en ligne, et enrichi avec d’autres événements

Et il commence déjà à parler, ce
document, dites-donc…

Mais n’en disons pas trop

Cordialement

Pannes matérielles : du matin ou du soir ? Zones RATP ou SNCF ? Quelles gares à risques ?

Bonjour !

Dans un précédent article, nous avions parlé de la dernière campagne de culpabilisation des voyageurs qui faisaient des malaises dans le RER B

Bientôt, il va falloir un certificat médical d’aptitude pour
le prendre

On continue dans ce 2ème article avec les pannes matérielles cette fois-ci : sont-elles plutôt du matin ou du soir ? Avec une vision 2019, puis une vision 2007 à 2019 (au 02/10/2019), pour les Heures de Pointes et Jours Ouvrés

A partir des données remontées par la RATP vers les voyageurs (consultables sur le site Courbis.fr), ainsi que les notifications d’incidents les plus significatives (quand cela dure plus de 5 minutes) sur Twitter

Les données s’arrêtant au 2 Octobre 2019, cela a forcément évolué en 8 jours

Ne vous inquiétez pas, on se refera un bilan début d’année 2020

On a ceci :

Plutôt du soir en 2019, les pannes matériels

Et sur la période de début 2007 à 2019

Cela se passe donc plutôt le matin sur la période 2007 à
2019

Mais au fait : zone RATP ou SNCF ?

Il suffit de demander

Pour l’appellation « RATP et SNCF » : cela
signifie que le lieu de la panne matérielle n’a pas pu être identifié
précisément, mais cela a impacté toute la ligne

Donc, les pannes de matérielles sont majoritairement situées
en zone SNCF

On va continuer dans le détail : il y a-t-il des gares
avec plus de risques de pannes ?

Et retoc :

Voilà !

  • Côté RATP : Luxembourg, première du classement,
    matin comme soir, en 2019

Sur la période 2007 à 2019, Massy-Palaiseau, le matin, est
en tête

Le soir, c’est Châtelet-Les halles qui est en tête

  • Côté SNCF : la Gare du Nord, matin comme
    soir, en 2019, comme sur la période 2007 à 2019 garde la première place

La Plaine Stade de France (le matin) et le Bourget (le soir)
ne sont pas ridicules non plus sur la période 2007 à 2019, en 2ème
position

Mêmes observations en 2019…

Vous noterez quand même le nombre important de
« Toutes » (une panne quelque part, qui met le bazar sur toute la
ligne), qui modère un peu les observations sur la période 2007 à 2019

En résumé : Pannes de matériels en Heures de Pointes et Jours Ouvrés :

A) En 2019 : plutôt du soir

B) Période 2007 à 2019 : plutôt du matin

C) Situés en grande majorité en zone SNCF

Cordialement

Cumul des durées des perturbations du RER B : incidents – post incidents et durée totale (2007 à 2019)

Bonjour !

La RATP est lancée dans une
campagne de dénigrement de ses voyageurs, par rapport aux malaises que ceux-ci
sont susceptibles de réaliser dans les transports en commun

Le RER B n’est pas en reste, vous
aurez noté les bandeaux rouges qui apparaissent en bas d’écran en gare

A aucun moment, les conditions de
transport, les délestages, les annulations de mission et les quais qui se
remplissent au fil des minutes ne sont évoqués

Nous allons donc, comme lors d’un
précédent article en 2018, étudier le cumul des temps de perturbation (durée
entre le début et la fin de l’incident), le cumul des temps de perturbation
post-incidents (durée entre la fin de l’incident et le retour à la normale) et
enfin faire l’addition de ces 2 cumuls

Pour cela nous nous limiterons aux
Heures de Pointes (7h00 9h30-17h00 19h30) les Jours Ouvrés (les week-ends et
jours fériés ne sont pas pris en compte), entre 2007 et 2019

La source des données ?  Le site de Paul Courbis (courbis.fr) en
grande majorité, données recoupées et compléter avec les alertes sous Twitter
On ne prendra pas en compte les alertes de 3 minutes remontées depuis quelques
semaines, alertes elles aussi à charge contre les voyageurs

Il s’agit des incidents ayant
généré une perturbation majeure, et ayant généré une notification officielle de
type SIVE vers les voyageurs

Premier axe d’étude, les temps
cumulés des perturbations, entre le début et la fin de l’incident, entre début
2007 et 2019, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés Ils sont exprimés en
Heures:Minutes:Secondes

Nous avons ceci :

Oh ! Quelle surprise !
Le premier du classement, ce sont les mouvements sociaux

Et en cette fin d’année 2019, il
va revenir en force

Vous noterez que le premier motif
Voyageur (malaises Voyageurs) apparait à la 11ème place (il a perdu
une place par rapport à la période 2007-2018)…

Les 10 premiers motifs sont à
responsabilité RATP-SNCF

Deuxième axe d’analyse : on
cumule le temps entre la fin de l’incident et le retour à une situation normale

L’incident est terminé, mais la
situation reste perturbée C’est bien ce qui se produit assez souvent sur le RER
B, non ?

Nous avons donc, entre début 2007 et au 08 octobre 2019 au matin, aux Heures de Pointes et Jours Ouvrés Ils sont exprimés en Heures:Minutes:Secondes

Là, effectivement, en cumulé sur
la période 2007 au 07/10/2019, les malaises voyageurs sont en 2ème
position

Et les pannes de matériels sont
juste derrière, en 3ème position

Mais cet indicateur illustre par
contre l’inaptitude de la RATP-SNCF-DLU à revenir à une situation normale le
plus rapidement possible

Et ça, elles n’en parlent pas
vraiment beaucoup, voire pas du tout…

Vous noterez aussi que le cumul
2019 pulvérise les autres cumuls des années précédentes, et que 2019 n’est pas
encore terminé…

Si nous nous focalisons cette
fois-ci sur 2019 :

Tiens ! Ce sont les pannes de
matériels qui sont en première position, suivi des malaises voyageurs…

Etonnant, non ?

Allez ! On termine par le cumul total des perturbations pour ce dernier axe d’analyse

C’est simple, vous prenez les 2
premiers tableaux et vous faites la somme…

Bon d’accord, je vais le faire

Toujours les mouvements sociaux en
première position, puis 7 autres motifs à responsabilité RATP-SNCF

Les malaises voyageurs arrivent en
9ème position

Et les pannes de matériels sont en
6ème position

Un petit repère pour les
pannes de matériels? 518 heures, ramenées à 5 heures de pointes pour une
journée, cela représente 103,6 Jours Ouvrables Une moyenne de 22 Jours Ouvrés
pour un mois : 4,7 mois environ

Donc quand la RATP-SNCF axe sa
communication sur le fait que les malaises voyageurs perturbent le trafic, pendant
ce temps-là, elles passent sous silence les autres motifs de perturbation plus
chronophage, à responsabilité RATP-SNCF, tout comme IDF Mobilités qui ne prend
pas vraiment la défense des voyageurs

Cordialement